Partagez
Aller en bas
Date d'inscription : 24/06/2018
Messages : 5

Identité du personnage
Nom du personnage: Amaria
Métier (MTERP): Thaumaturge
Voir le profil de l'utilisateur

Amaria

le Dim 24 Juin - 1:40



Nom du personnage :
Amaria
Age :
27 ans
Ethnie :
Aquiloniene
Religion :
Multiple et plutôt shamanique, elle respecte les dieux comme un tout
Alignement :
Neutre strict
Métier MTERP :
Guérisseuse



Taille :
1m64
Poids :
52 kilos
Apparence :
Amaria n’est pas le genre de femme que l’on croise souvent dans les zones civilisé. L’œil un peu sauvage et la démarche loin des codes sociaux, elle ne semble avoir que faire des marques de la civilisation.
D’une carrure dans la norme, mais relativement athlétique elle semble avoir apprit à se débrouiller seul dans la nature. En témoigne son corps marqué par le soleil, les éraflures même avant qu’elle ne passe sur la croix.
Ses cheveux sombres sont proche de la tignasse informe et indiscipliné, propre, mais aucunement dompté par l’art délicat de la coiffure.
Ses mains, doté de doigts étrangement long et fin, donnerais presque des aires de chauves souris à cette femme dont les grands yeux sombre fixent parfois les gens d’une façon dérangeante.  
Personnalité :
Amaria est ce genre de personnes à la personnalité intrigante attisant la superstition. Se rassurant par un décorum qui ne conviens qu’a elle, elle agit en fonction de son propre instinct et envie. Elle pourra se montrer altruiste, ses talents de guérisseuse la poussant à la recherche de remèdes et de moyens pour soigner le plus de maux. Cependant, aucun soin important n’est gratuit, et tout se paye d’une façon ou d’une autre. Ainsi, elle estime que les meilleurs guérisseurs ne sont pas ceux plein de bonté, mais les pragmatiques qui couperons la jambe sans sourciller pour sauver une vie.
Niveau sociabilité on touche la plus grosse lacune d’Amaria, à la fois intrigué et curieuse de la vie humaine, mais bien loin de comprendre les dictâtes de la civilisation, elle penchera souvent la tête intriguée sur le coté se demandant si les plus fous ne sont pas ceux qui l’accuse de l’être.



Chapitre 1 : Départ

Le séchoir, c’est un lieux aux odeurs fortes ou la fumé et la viande prend le nez de ceux présent à l’intérieur … Mais c’est agréable car on y sens moins l’odeur de son propre sang. Il tambourine, il sais qu’elle s’est enfermé la encore une fois. c’est ce qu’elle fait à chaque fois que son sang coule quand il la frappe. Et comme d’habitude il va soulever la barre grâce à une barre métallique coté extérieur, et entrer en trombe. Sûrement, comme d’ordinaire, pour vouloir la frapper de nouveau. Mais ce qui n’était pas comme d’ordinaire c’était la corde de l’arc de chasse en travers de l’entrée. La porte vola comme d’accoutumé, mais l’homme à l’œil mauvais qui entra, trébucha au lieux de foncer sur l’enfant à la lèvre éclaté.

L’œil neutre, sans joies ni tristesse, elle regarda ce corps tomber lourdement sur une bêche, le poids de l’individu fendant son crane sur le coup. Ainsi venait de trépasser son pire tortionnaire, celui qui aurait finis par le tuer. Abattre son père était donc une question de survie pour l’enfant, de même qu’abandonner la maison, sa mère était trop instable pour espérer survivre et nourrir une enfant dont elle avait peur. Le plus logique était donc de tuer la menace, et de partir pour laisser une chance à sa génitrice de vivre une nouvelle vie.

Un baluchon sur l’épaule elle quitta cette vie, combien avait elle déjà ? 7 ans ? Elle trouverais bien de quoi fureté, à la manière d’un écureuil dans les bois.

Chapitre 2 : Apprentissage

Rien ne s’était passé comme dans l’esprit de la petite fille, les filles rêve bien trop souvent à cet age, et dompter des aigles dans les montagnes, vivre de la chasse. Même si on avait regardé comment fumer la viande ou dépecer cela ne garantissait pas la survie.

Mais la survie pouvait être gagné par des rencontres, des rencontre avec un étrange guérisseur kushite décidé à sauver la jambe d’une enfant blessé. L’homme noir s’était trouvé une étrange affection pour le regard détaché de cette fille devant sa jambe cassé par une chute. Elle se savait condamné, sans espoir, c’était un constat froid et implacable. Mais ce qui l’avait convaincus avait été la remarque de l’enfant quand le vieux sorcier l’avait retrouvé.

« Ma jambe va pourrir, et je mourrais du pourrissement ... »

Son premier diagnostique, comprendre l’idée d’infection et en parler avec détachement l’avait intrigué. Il lui avait donc soigné la jambe, lui apprenant le prix pour guérir, dans son cas ce fut la fièvre et la douleur et depuis il la gardait avec lui.

Chapitre 3 : quotidien

L’enfant était devenue femme a 17 ans, elle était maintenant son apprentis, enfin capable de suivre les réflexions et les geste précis de son mentor qui aimait à la pousser au bout de ses limites.

« La main ne tremble pas, les doigts ne brusque pas … Donner le remède est aussi important que le remède, le mal couve sinon, pourris le corps et l’esprit, tes doigts sont des tisseuses contre le mal pour le retirer ! »

Sa voix forte et son ton convaincus était le quotidien d’Amaria, mais elle appréciait cela, et suivait également son maître de village en village, repoussant la fièvre, éloignant la maladie de ceux pouvant lui donner ce qui lui manquait. Pour les autres, cela pouvait dépendre de l’humeur ou du bruit des colifichet dans le bâton de voyage de Saganok. Le sorcier guérisseur Saganok. A la fois sollicité, et respecté, mais crains et mal aimé. La jeune guérisseuse appréciait cette aura étrange autours de son maître, cela lui valait des regards bien plus plaisant que ceux de ses géniteurs,et même des expériences très intéressantes avec de jeunes garçons de ferme plein d’audace pour la « sorcière » car tel était la façon dont on l’appelé à force.

Chapitre 4 : Exile

« C’est elle ! La démone qui à tué son père, et qui à pactisé avec le sorcier ! »

La maladie est un fléau, surtout quand elle frappe un village peuplé d’amis et de proche, ou tout simplement de ses richesse. Certains avaient survécus, mais n’étaient pas prêt à accepter le prix du soin. Celui de la culpabilité et du deuil. Il avaient donc voulus faire payer le prix à quelqu’un d’autre, crachant leur colère vers ceux qui les avaient sauvé. Le malheurs devait forcement venir de cet étrange duos, ce kushite vieillissant, et sa sorcière blanche de fille. Ou alors c’était seulement la fille, et le guérisseur aura été corrompus par les formes de la tentatrice. Ce qui était claire c’est que tout était de leurs faute, et bien souvent, le nombre fait lois. Ainsi, le nombre rejeta le prix, et condamna les guérisseurs, mais tuer un sorcier ou une sorcière pouvait porter malheurs non ? .. l’exile, c’était plus sur et moins lourd à porter sur la conscience de ceux qui n’étaient pas prêt à payer le prix de la vie.
Date d'inscription : 24/06/2018
Messages : 5

Identité du personnage
Nom du personnage: Amaria
Métier (MTERP): Thaumaturge
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Amaria

le Dim 1 Juil - 19:52
(25/06/18) Sans rien sur le dos à part les marques d’un soleil mordant, la voix se fait entendre et la croix était tombé, libérant le corps d’une femme. Ses pas étaient hésitant, perdus et ses yeux plissé par le soleil. Et sa chaire allait découvrir la rudesse de ces terres. Monstres difformes sorties des pires cauchemars, créatures semblant croisé entre le gorille et la tortue, crocodile et surtout, les hommes. Il faudra attendre la rencontre d’un guerrier hyborien, Ajax pour que la voix rocailleuse d’amaria trouve d’autre réponse que des cris. Ils s’entendent sur la suite, et décide un entraide, c’est un départ …

(28/06/18) L’exploration permet de trouver nombre de vestiges … certains semblant tortre le corps et pousser l’esprit à la folie. C’est marqué de fatigue qu’elle fuit les yoguite, pourquoi ? La lune de sang lui dira un certain Edwin membre d’un groupe de mitran. Agatha devrait pouvoir l’aider et il parler d’installer un temple. Les Mitrans ont toujours fait des voisins agréables.
Date d'inscription : 24/06/2018
Messages : 5

Identité du personnage
Nom du personnage: Amaria
Métier (MTERP): Thaumaturge
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Amaria

le Ven 13 Juil - 0:00
(vers 1 et 6/ 07/18) La rencontre avec la vielle femme, voila ce qui fut marquant par la suite. Les début de temples ont aboutis en une battisse imposante et la chaman rencontra la prêtresse. Agatha accepta de soigner la corruption dans son corps, mais Mithra ne répondis pas à ses prières. Peut être était-ce une épreuve ? Elle ne savais pas mais devrait la recontacter ensuite. Cette communauté notait également Rimus comme dirigeant qui lui proposa de les rejoindre. La proposition est intéressante, mais le coté solitaire d’Amaria lui fait refuser pour le moment ...

(09/07/18) Le refus semblait être de bon alois, les esprits lui aurait-il parlé ? Rimus à quitté son poste, le temple est démantelé alors qu’agatha et un homme dévoue, edbert, veulent le déplacer. Amaria aide ces personnes lui ayant tendus la main. Une fois ce déménagement fait, et la vielle femme au repos, Primus les rejoins. La discutions va bon train et la chaman découvre plus son environnement et ses possibles voisins. Primus se montre accueillant et l’idée d’une maison pour elle pointe.

(11/07/18) Arcaneum, primus avait parlé de ce groupe, Amaria décide donc de les rencontrer et le troc est fructueux. Leur forteresse est impressionnante et les rencontres sont nombreuses avec ce clans ainsi qu’avec un trios de femmes à l’allure marquante. Primus se retrouve sur sa route, et l’idée de maison se concrétise, il ne manque plus qu’a commencer

(12/07/18) Le chantier commence, un pic rocheux, quoi de mieux pour elle ?
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum