Partagez
Aller en bas
avatar
Donateur
Donateur
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 7

Identité du personnage
Nom du personnage: Fjorkvar
Métier (MTERP): Forgeron
Voir le profil de l'utilisateur

Fjorkvar, la Hache Sanglante.

le Sam 14 Avr - 19:11
Nom du personnage : Fjorkvar, la Hache Sanglante.

Age : 30 ans.

Ethnie : Aesir.

Religion : Ymir.

Alignement : Neutre, bien qu'étant un tueur belliqueux, il peut parfois avec un côté sombre pour ceux ne connaissant sa race.

Métier : Soldat, Forgeage.

-

Taille : Cent-quatre-vingt-sept centimètres.

Poids : Quatre-vingt-treize kilos.

Apparence : Saillant, robuste, gardant également une certaine finesse, séchant son corps musculeux grâce au froid ardent. Son visage arbore des traits assez fins lui aussi, ayant une expression semblant délicate mais perçante. Sans compter sa longue natte blonde en unique pilosité.

Personnalité : Homme réfléchit, pieux, sans trop être parangon, pragmatique sans trop rester terre à terre. Souvent songeur et parfois évasif, prenant du recul sur les actions à venir. Calme la plupart du temps, se laissant parfois emporter par la colère d'un seul coup, sans que personne ne s'y attende. ( Soupe au lait. ) Respecte les personnes ayant prouvé leur mérite. Ne semble pas constater une différence de supériorité entre l'homme et la femme, habitué à de farouches guerrières Nordiques.

Texte :

- Fjorkvar est un Aesir. Un Nordheim vivant à droite des Montagnes Bleues. Homme réfléchit, pieux, sans trop être parangon, pragmatique sans trop rester terre à terre...

...Le ciel semble rosé, une pellicule immaculée, tombe sur le front nu d'un homme, ce dernier semble avoir la tête levée, observant les cieux, comme percevant un futur qui lui est inconnu, ses yeux sont froncés, d'un clair profondément obscur, mais d'une netteté scintillante. Ces derniers se referment alors quand le flocon vient caresser sa pupille. Il laisse son arcade osciller, entendant une voix derrière-lui, émise depuis l'intérieur d'une petite tente.

- << Fjorkvar, aujourd'hui, nous raserons des têtes rousses. Aujourd'hui, tu monteras peut-être au Wahallah. L'Honneur, la Force et le Courage, mon frère.. Mais avant cela ... Viens boire ! >>

- << Mhmm... >>

Secouant lentement la tête avant de toiser son partenaire d'un oeil songeur, s'arquant pour pénétrer dans la demeure spartiate, humant les fragrances de viandes fumées et d'alcools qui s'en dégagent avant de lever les mains à sa longue natte longue et lisse lui arrivant jusqu'au milieu du dos, venant s'asseoir près du petit feu de joie, rétorquant par la suite..

- << Je n'sais pas Björn, je me pose des questions. Nous combattons, pillons et massacrons des peuples depuis longtemps. Mais, est-ce réellement pour Ymir, pour le Walallah ? >>

- << Par la hache de ce dernier.. Ne te méprends pas sur tes paroles, les prêtes pourraient te choisir en sacrifice.>>

- << N'est-ce pas alors là un grand honneur ? >>

Les deux se regardent longuement, une attente pénible se fait ressentir le temps d'une demi-seconde avant que ces derniers ne s'exclament dans un rire sournois, trinquant leur deux pichets contenant un liquide fait main, laissant seulement se faire entendre le bruit de longues rasades et du claquement au sol des récipients qui s'en suit. L'Aesir à la longue natte blonde tapote le sol et se lève rapidement, laissant paraître une souplesse dans son mouvement malgré sa corpulence non-négligeable, présentant un dos saillant, un pourpoint musculeux en guise de torse ainsi qu'une paire de cuissots semblant démontrer les longues marches en montagnes, parlant en s'éclipsant de la tente.

- << Prépares-toi Björn, nous partons sous peu. la marche jusqu'au sommet des Montagnes bleues fut longue, mais le combat sera court. Court pour eux. Je descends voir où en sont les autres, nous devons rejoindre les hauteurs de l'Ouest avant que le soleil n'atteigne l'entrejambe d'Ymir. >>

Armé de sa longue épée d'acier, sa targe protégeant ses flancs et sa longue lance, il marque la neige de ses empruntes de pas, chaussant des bottes épaisses en fourrure, des cuissardes vêtis sous une paire de jambières, elle-même couverte pas un kilt en peau non-tannée. Son torse lui reste à nu, laissant la gelure fulgurante harceler sa peau pour lui donner l'honneur, la force et le courage avant la bataille. Déambulant entre les tentes de tout les guerriers, des centaines, presque des milliers mais pas plus.. Les montagnes et le climat difficile empêchant les clans de se regrouper tous au même endroit. Une tente semble plus grosse que les autres, gardée par deux hommes bien vêtis, en passant, Fjorkvar tape sur l'épaule d'un des deux semblant observer la tente d'où l'on peut voir une cuissarde de plus petite taille pendue à une branche, le faisant sortir de ses songes avant de pénétrer dans celle-ci.

- << Salutation. >>

Un homme se lève, grand et robuste lui aussi, marqué des traces de la vie. Une longue chevelure grisonnante, deux tresses partant de sa barbe venant se claquer l'une à l'autre sous son menton, relevant alors ce dernier avant de rétorquer..

- << Fjorkvar. Comment te sens-tu ? >>

L'Aesir l'observe d'un air sibylin, son regard venant se perdre sur les étendards de son clan, violettes, représentée par une borderie héraldique désignant une fusée de lame gravée d'une unique rune symbolique, répondant au vieil homme après un long moment.

- << Bien. Ulfgar, je vais bien et les hommes semblent eux-aussi bien aller. Tous sont prêt à combattre encore une fois les clans Vanirs. >>

Le regard de Fjorkvar s'étant perdu dans le vide le long de ses paroles, venant oindre du doigt le dossier d'une chaise tout en faisant face à son interlocuteur, avant que ce dernier, semblant lui aussi pensif, ne le dérobe à son songe personnel pour l'exposer.

- << Tu sembles pensif, je sais que c'est une habitude chez toi, de refaire le monde avant la bataille, alors je vais répondre à ta question avant celle-ci, au cas ou un de nous ne reviendrais pas. >>

Le jeune guerrier leva la tête vers son chef de clan, le dardant de son même regard évasif.

- << Tout à l'heure, je me posais la question, j'observais les cieux, cherchant le Wahallah, ou une trace d'Ymir. Depuis tout petit, les prêtes disent que le conflit mène à l'évolution, mais que ce dernier semble être voulu par Ymir, et j'ai remarqué que les hommes, dans les combats, performent sans exposer leur fanatisme, mais malgré cela, ils le répercutent et moi de même, dans notre quotidien. >>

Le robuste Ulfgar s'approche alors de son officier, prenant une épée étrangement sculptée à sa droite, posée sur un autel privé, venant alors prononcer ses paroles.

- << Aujourd'hui, je veux que tu combattes avec cette épée. Tue, avec elle. Demain, tu me retrouveras, et je répondrais à ta question. Sauf si tu y as toi-même répondu avant. >>

Sortant alors par la suite, le chef de clan fait désormais face à la cohorte de guerrier de Nordheim, tous, répondant à la marche avant la bataille, s'en suit alors une route peu longue jusqu'au plateaux Ouest.. Les deux Aesirs, Fjorkvar et Björn marchant côte à côte, les cliquetis des armures et le fracas d'une armée se faisant entendre derrière-eux, quand une halte se fait sentir, les guerriers s'arrêtent alors, se trouvant sur une énorme étendue d'herbe recouverte de neige, en face, des points noirs, des flammes de torche, peu distinguable avec le blizzard venant frapper leurs cils les obligeant à froncer les yeux. Une voix forte et résonnante se fait entendre, celle d'un homme qui à chaque instant sait ce pourquoi il vit.

- << Guerrier Arsirs. Aujourd'hui, une nouvelle bataille s'offre à nous, et celle-ci sera dédiée à la gloire d'Ymir ! Faites couler le sang, et baignez vos lames dans ce dernier ! Honneur, Force et Courage ! >>

Même malgré le bruit assourdissant du blizzard et du vent glacial venant s'immiscer dans les sillons des armures, la cohorte, prise d'extase par l'évènement à venir, couvre les éléments de leur crie de guerre, répétant alors les mots maîtres. Honneur, force et courage... Les points deviennent désormais distinguable, se rapprochant à grande vitesse, des pointes, des lames, des haches, des morgenstern en acier, le vent apportant en même temps des cris étouffés de courage, avant qu'un autre vienne couper court à cela, celui du cor, le cor du Clan Nalarath, lançant la charge..

- << Alors, c'est aujourd'hui le Wahallah, Björn ? >>

Courant alors ensemble, la targe sur le côté, l'épée tenue en garde-arrière, prête à infliger un crochetage arrachant le trapèze d'un adversaire, fondant vers les points désormais devenu des guerriers Vanirs, ne semblant attendre particulièrement de réponse, mais cette dernière vient soudainement, un hurlement d'un homme, suivi d'un choc violent d'armure à armure, Björn, venant de sectionner le bras d'un adversaire, s'exclamant d'un rire gras. Les coups pleuvent, taillades, estocs, coup de pommeau brisant une mâchoire, ou morgenstern fracassant un crâne en éclat.. la violence règne, les hommes se battent, Fjodkvar venant d'éviscérer une femme l'ayant presque décapiter et  hurle alors pendant la bataille, se protégeant de sa targe et redonnant les coups.

- << Björn ! Celle-ci serait bien allez avec toi ! Elle semblait vouloir avoir ma tête sur une pique lorsque j'ai trop parlé ! >>

Lui aussi dans la bataille, jouant de sa hache, brisant des vies sans soucis, rétorquant en toute normalité, semblant habitué à cela.

- << Oui ! D'ailleurs, tu me dois des boyaux d'ours du coup ! Tu viens de faire tomber ceux dont je rêvais ! >>

Les deux hommes rient aux éclats tout en se battant, mais, l'atmosphère semble changer, la tempête faisant de plus en plus rage, le froid grimpant en flèche au fur et à mesure que la journée s'écoule, le tonnerre d'Ymir grondant au dessus de leur tête. Fjorkvar continuant son massacre tandis que Björn, esquive et réplique par des coups de quillons. Ce dernier se retourne dans un mouvement brusque et vif pour tenter de trouver son compatriote à la longue natte blonde, semblant ne pas trop s'en préoccuper, reprenant son combat avec fougue. Les deux se battent sans se soucier du reste, vivant la vie qu'ils ont toujours vécu.

- << Björn ! >>

Criant alors, dans l'optique d'entendre la réponse de celui-ci, mais en vain, la seule réponse obtenue est celle des coups pleuvant, des taillades reçues et données, et des torses percées.

- << Bjöoorn ! >

Ses cris continuent de retentir mais semblent n'être entendu par personne, c'est comme ci le temps s'écoulait plus lentement, ses frappes semblent plus difficiles, sa perception altérée, sa force diminuée. Voyant ses adversaires réagir d'une manière étrange, ne prêtant quasiment pas attention à lui, le bousculant, comme s'il n'existait pas. Frappant pourtant ces derniers et perçant ce qui semble être un corps, il voit sa vision défaillir, lâchant sa targe pour venir se frotter les yeux quand une silhouette, en plein milieu de la bataille lui fait face, le temps d'une seconde, voyant quelque chose s'abattre sur son crâne, tombant alors dans l'inconscience...

C'est le noir total, baignant dans ce qui semble être l'inconscient, bercé par une ombre qu'il ne peut définir et sentir, quand une voix, vient alors s'immiscer dans son esprit, le faisant sortir de son état de convalescence. Essayant de saisir les mots, cherchant à sortir de son maux. Cette voix semble ne pas être réelle, un murmure.. un murmure venant titiller celui-ci sans pour autant altérer son entrave. Soudainement, quatre lueurs apparaissent, la voix, désormais distincte parle, puis s'estompe peu un peu, comme un écho venant résonner jusqu'à la dernière séance, puis.. Ouvrant peu à peu les yeux, laissant sa main se saisir d'un sol mi-solide qui se glisse entre ses doigts, presque comme la neige qu'il connait si bien, mais aussi chaude que le braséro et sèche que la corne. Se relevant lentement, voyant son corps nu mais ne semblant pas déranger, seulement, pris d'une stupeur incertaine en voyant cette étendue sableuse, rétorquant à voix haute..

- << Alors c'est ça, mon Walallah, Björn ? >>
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum