Les Mystères des Terres de l'Exil intègre les mods TERPO et MTERP
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : 25/08/2017
Messages : 40
Date de naissance : 02/06/1983
Age : 34

Identité du personnage
Nom du personnage: Triskya
Métier (TERPO): Forgeron
Métier RP: Soldat/Garde
Voir le profil de l'utilisateur

Triskya

le Sam 26 Aoû - 17:27





Nom du personnage :
Triskya
Age :
30 ans
Ethnie :
Hommes du Nord (moitié Aesir / moitié Vanir)
Religion :
Ymir
Alignement :
Chaotique / Neutre
Métier :
Forgeronne (de père en fille...)



Taille :
1m80
Poids :
82 kgs
Apparence :
Elle est grande et bien bâtie, comme son père Aesir. Elle doit son apparence musculeuse à la pratique du métier de forgeronne. Lorsqu'elle le peut, elle cache ses formes sous des vêtements couvrants, afin de dissimuler les cicatrices infligées pendant 14 longues années de servitude et s'affranchir de l'image de femme-objet qu'elle a subie pendant cette triste période. Elle a des cheveux de feu, qu'elle doit à sa mère Vanir. Ses yeux verts sont cernés d'un halo charbonneux . Ce maquillage accentue plus encore le sentiment de malaise qui s'empare de celui qui croise son regard, tant on y lit la rage, la souffrance et l'obstination à disposer enfin de sa vie et de son corps.
Personnalité :
Triskya a passé ses jeunes années en retrait de la population. Avec ses parents tout d'abord, bien qu'elle ne se souvient guère de sa mère, assassinée lorsqu'elle avait 6 ans. Avec son père ensuite, jusqu'à ce qu'elle soit faite prisonnière et vendue lorsqu'elle avait 16 ans.
Captive, exploitée, abusée... Son caractère fort lui a permis de tenir bon, tout en perfectionnant ses techniques artisanales.
Très indépendante, elle est cependant consciente qu'il faut parfois savoir s'allier pour survivre. Mais sa rage de liberté et d'autonomie pourrait s'avérer problématique au fil du temps. Tant pour elle que pour ses pairs.



    Il y a 31 ans, Renag, fougueux Aesir mais très jeune et encore bien inexpérimenté, s'était porté volontaire pour participer à une expédition vers l'Ouest, bien loin du territoire de son clan, au-delà des montagnes. Il pensait atteindre les rivages de la Mer Occidentale en compagnie de ses pairs. Ils furent pris dans une embuscade et lui seul en réchappa, mais avec très peu de vivres. Il erra dans les rudes steppes, sentant sa fin proche. Son étourdissement était tel qu'il finit par s'évanouir.
Lorsqu'il se réveilla enfin, des yeux de jade le fixaient, mi-envoûtants , mi-perçants, ceux de Yaud, sauvageonne Vanir. Elle vivait seule dans ces contrées inhospitalières, ayant perdu ses parents très jeune. Et contre toute attente, elle le prit en pitié.
La passion céda très vite le pas à la méfiance. Je suis le fruit de ces amours interdites. J'ai hérité de la chevelure flamboyante de ma mère, de son regard à la fois troublant et dur. Je tiens ma carrure et mon caractère de mon père.
Six ans passèrent, durant lesquels nous nous cachions du regard des clans alentours. Jusqu'au jour où mon père, revenant de la chasse en ma compagnie, découvrit ma mère, atrocement mutilée et violée. Dans son dernier souffle, elle réussit à lui faire promettre de fuir avec moi et de tenter de rejoindre un clan Aesir.
Les années passèrent, mais nous ne réussîmes pas à intégrer de tribu. Mon père avait refréné ses instincts sanguinaires afin de me protéger au mieux. Nous vivions en nomades, il me transmettait ses savoirs, hérités de son propre père, forgeron. Nous chassions beaucoup ensemble, agrémentant notre gibier grâce à la cueillette.
Alors que nous pistions un mammouth aux abords des Montagnes d'Eiglophie, celui-ci apparut soudain, nous chargea en empalant mon père sur ses défenses. Folle de rage, je réussis à abattre le pachyderme. Je parvins à construire un bûcher afin d'honorer la dépouille de mon père.
Je regrette encore amèrement mon geste faible et inconscient. Les fumées ont attiré des éclaireurs Cimmériens. Je me suis battue tant que j'ai pu, mais ils ont réussi à me capturer.
Après avoir éprouvé mes capacités, ils m'ont cédé au plus offrant. Voilà 14 longues années que je suis contrainte à satisfaire une horde de Pictes, tout en forgeant leurs armes. Je ne compte plus mes tentatives d'évasion étouffées dans l’œuf. Je les entends manigancer, me jetant des regards noirs. Je sens que ma fin est proche. Deux d'entre eux m'approchent, se saisissent de moi, m'entravent et me bâillonnent. Je ne vois plus rien, je sens qu'on me ballotte à travers des pistes, sur les eaux mêmes... Je ne sais ce qu'ils ont prévu de m'infliger. Me revendre ? Me laisser en pâture à un quelconque animal sauvage ? M'offrir en sacrifice à je ne sais trop quel Dieu ?..
Il fait chaud, de plus en plus chaud, je sens qu'on me soulève...

_________________
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum