Partagez
Aller en bas
CléoDeMonrevel
Date d'inscription : 21/01/2018
Messages : 21
Date de naissance : 27/03/1997
Age : 22

Identité du personnage
Nom du personnage: Clelia
Métier (MTERP): Aubergiste
Voir le profil de l'utilisateur

Clelia "La Ripaille" Empty Clelia "La Ripaille"

le Mer 4 Juil - 22:39
Clelia "La Ripaille" Fiche_14

*WIP*


Clelia "La Ripaille" Archit10
Nom du personnage :
Clelia Ugolina Filomena Tosini, dites La Ripaille
Age :
28 ans
Ethnie :
Argossienne
Religion :
Bel
Alignement :
Chaotique neutre
Métier MTERP :
Chasseur-cueilleur (Cuisine et alcool)

Clelia "La Ripaille" Fiche_13

Taille :
1m65
Poids :
56
Apparence :

Clelia "La Ripaille" Clelia10

Clelia a la peau clair mais le teint marqué par des années de labeur en mer, exposée au soleil surplombant des côtes du sud-ouest. Elle a les yeux se rapprochant d'une teinte jaune et les lèvres fines. Elle porte une cicatrice sur la cuisse droite, une large entaille qu'elle cache systématiquement. Ses sourcils sont souvent froncés mais ne marque pas forcément de l'agacement. Ses cheveux noirs sont longs. Elle les tiens généralement attaché en tresse. Elle a des petites tâches de rousseurs sur le visage et une musculature fine, montrant qu'elle a l'habitude des tâches physiques.
Personnalité :
Elle est bonne rieuse, franchement extravertie mais peut être aussi très secrète. Elle est avare et matérialiste mais aussi une bonne alliée. Elle ne suit aucun code d'honneur à part "La Charte" et est étrangère aux notions de bien et de mal. Elle est souvent un peu égoïste et agit principalement pour elle-même. Toutefois, l'amitié est importante pour elle, au moins tout aussi importante qu'une bonne gnôle et de la bonne ripaille. Elle parle vulgairement et ne connaît aucune politesse. Elle n'a pas l'art de l'étiquette et ne connaît même pas les formules de respect et de politesse en Aquilonien (vouvoiement etc).


Clelia "La Ripaille" Fiche_15

Clelia Filomena Tosini née à Venzia en Argos au coeur d'une famille précaire. Elle grandit avec la mentalité fataliste de ses deux parents : ils étaient pauvre, ils le demeureront. Néanmoins, la jeune fille ne cessait de voir les inégalités sociales dans laquelle la société argossienne s'embourbait, continuant d'engraisser les riches et condamner les pauvres à la disette et au sacrifice. Jeune, elle avait un ami, Felicino. Tout deux aimaient jouer les nobles, les personnes de hauts rangs, riches et puissant. Ce sont sans doute ces jeux qui firent de Clelia une matérialiste désireuse de s'émanciper de sa situation.

Felicino perdit ses parents à l'âge de 13 ans, alors que Clelia en avait 15. Ils avaient été accusé d'avoir aidé à l'évasion d'un pirate des îles Barachanes et la justice argossienne punissait cela d'une peine de mort. Felicino entra dans la famille de Clelia. Malgré leur pauvreté, toutes leurs autres tentatives d'avoir un enfant avaient échoués : fausse couche, mort prématuré, maladies infantiles. Felicino prit alors le nom de Tosini.

A l'âge de 17 ans, Clelia était résolue à ne pas demeurer en bas de l'échelle sociale. Avec Felicino, ils avaient déjà pris l'habitude de voler afin de manger des mets plus délicat. Mais il était temps de mettre en oeuvre une ascension sociale plus digne de cela. Clelia travailla dans une auberge en tant que serveuse mais songeait bien à apprendre l'art des aubergistes et d'un jour tenir sa propre auberge, s'assurant des profits constant. Felicino, lui, s'engagea auprès d'un maître tanneur et devint son apprenti. Les parents Tosini voulaient pourtant qu'ils travaillent la terre, comme eux, mais la volonté de Clelia fit renoncer ses parents à la convaincre.

Les années passèrent et Clelia était emplie de désillusions. Elle pensait qu'elle pourrait gravir les échelons, mais cela semblait difficile et long. Or, la jeune fille était impatiente, âgée alors de 20 ans, elle ne demeurait que serveuse dans son auberge. En trois ans de travail, elle n'avait été autorisée qu'à faire des salaisons et mettre en place des levures nécessaires à la fermentation des fruits afin de concocter des liqueurs. La cuisine lui était encore inconnue et sa richesse était nulle. Elle s'était mariée à Felicino. Non pas par amour, mais plutôt pour tranquilliser ses parents qui s'inquiétèrent de la voir finir pauvre dame. Elle était cupide, elle aimait l'or. Elle n'avait aucun scrupule à omettre quelques pièces lorsqu'il fallait donner la recette de la soirée à son patron.

Un soir, elle entendit des hommes parler à demi-mot dans la taverne. C'était des pirates des îles Barachanes. Ils cherchaient à recruter : un cuisinier et un épéiste. Clelia semblait intéressée par la conversation et ne cessa d'écouter les hommes parler. Ils avaient pris d'énormes risques en allant directement dans la commune de Venzia pour recruter mais ils n'étaient pas rare que de nouvelles têtes voulaient se joindre à eux. Ils parlaient politique, prétendant que les îles Barachanes promettaient une ascension sociale rapide si l'on prouvait sa valeur au sein de son équipage et que l'on ramenait des marchandises au seigneur de Tortage : Luciano Dugo. Clelia n'eut pas réellement le temps de comprendre comment fonctionnait la piraterie puisqu'elle était en service et elle n'entendait qu'une partie de la conversation. Mais elle était convaincue et se présenta aux hommes comme cuisinière et leur promettant de connaître un excellent épéiste. Les hommes lui rirent au nez de par son jeune âge et son sexe. Mais elle continua de les convaincre. Elle fit venir Felicino et sans réellement le prévenir, elle l'embrigada dans cette histoire de piraterie. La garde argossienne fut alertée et la troupe de pirate se virent dans l'obligation de lever l'ancre rapidement. Ils prirent Clelia et Felicino, à défaut d'avoir mieux et partirent de Venzia.

Le capitaine du navire était un Zingarien du nom de Pablo. Le navire s'appelait La Duca. L'équipage était très hétérogène, composé d'hommes venant des Royaumes Noires comme d'Argos et de Zingara. Il y avait même un shémite à bord. Le quartier maître : Khaled Zafer. Pablo se rendit vite compte que Clelia serait utile pour conserver la viande et la distribuer. L'équipage lui donna le nom de La Ripaille, puisqu'elle se chargeait des repas. Cependant, Felicino était censé être épéiste. Pablo fut déçu d'apprendre qu'il ne maîtrisait aucune arme.

Contrairement à ce qui se racontait en Argos, les pirates ne sont pas des hommes sanguinaires désireux de semer la terreur et pillant pour un simple plaisir. Les pirates sont généralement des personnes condamnés, des anciens esclaves, des marginaux des différentes sociétés qui n'ont pour ambition que de vivre et de mener une vie autonome. Ainsi, les agressions des nations étrangères conduisent les pirates à piller pour survivre, le commerce étant fermé. Il arrive donc que certains capitaines parviennent à enrichir leur vaisseau.

C'est pourquoi Khaled, le quartier maître, fut chargé de former Felicino et Clelia aux arts du combat. Il leur enseigna le maniement de l'épée à une main, de l'arc, des armes de jet et des dagues. Il leur enseigna que le seul Dieu qui regardait leur oeuvres était Bel et qu'il était le seul à qui l'on devait être redevable car lui seul récompense ceux qui mènent une vie libre malgré quelques choix difficiles. Pareillement, il initia Clelia et Felicino à la langue Barachan qui était utile afin de se comprendre entre différents membres d'équipages venant de différents royaumes. C'était le commun des pirates finalement. Une langue bâtarde puisant son origine dans diverse langue. De la même manière, mais en insistant moins, Khaled leur donna également des notions d'Aquilonien. Cette langue servant de commun en occident, elle permettait de se faire comprendre lors d'un abordage. Toutefois, quelques phrases clés et quelques notions suffisent. Pas besoin d'être éloquent quand il s'agit de piller.
Les années passèrent et Clelia était convaincue que la piraterie était la vie qu'elle devait embrassée. Elle servit la Duca loyalement et put s'enrichir comme jamais elle ne l'aurait envisagée. Elle se trouvait être bonne cuisinière mais surtout bonne combattante lorsqu'il s'agissait d'aborder un navire. Sa nouvelle famille lui était chère et elle ne la trahirait pour rien au monde. Elle possédait une petite maison à Tortage afin d'avoir un pied à terre au cas où la Duca devait se ranger un moment, elle avait suffisamment d'argent pour porter des vêtements relativement propre, d'une qualité moyenne et en bonne état malgré la seconde main.

Felicino et elle continuèrent leurs aventures au sein de la Duca. Khaled avait perdu la vie lors d'un abordage et c'était La Ripaille qui avait été élue Quartier Maître par l'équipage. Toutefois, Pablo vit les choses en grand. Il voulut attaquer un navire marchand Argossien qui possédait une escortes. Les informations qu'il avait indiquait que les escortes étaient faibles et qu'il aurait l'avantage avec son navire. Il fut bien naïf de le croire. La bataille fut expéditive, en quelques heures seulement, la Duca était dominée par les autorités Argossienne et les survivants de l'équipage allaient être jugés.

Une fois au tribunal, le juge prit la décision suivante : diviser l'équipage en deux et y appliquer deux sanctions distinctes. Le capitaine, le quartier maître et les guerriers seront pendus en guise d'exemple. Seul le capitaine et le quartier maître verront leurs corps exposés au public. Ceux ayant un rôle tel que cuisinier, comptable, charpentier ou autre seront conduit en exil.

Lorsque l'équipage nomma Clelia comme étant la cuisinière et le quartier maître, le juge éclata de rire et dit qu'il était une bien mauvaise stratégie que de vouloir protéger le vrai quartier maître en accusant une femme. Les autorités interrogèrent l'équipage à plusieurs reprise et finalement ce fut le nom de Felicino qui fut donné comme celui de quartier maître. Felicino n'a assuré sa défense qu'en répétant que Clelia était la véritable représentante de l'équipage mais la justice n'eut rien voulu entendre. Elle, elle niait. Prétendant n'être qu'une cuisinière ayant servi l'équipage, acceptant l'inculpation de piraterie, mais refusant celui de savoir utiliser des armes.

Clelia pensait échapper à la justice en étant simplement exilé d'Argos. Mais après avoir été conduite durant des heures, la tête dans un sac de jute afin de ne pas connaître la destination, la voilà gisante sur une croix, accablée par la chaleur.

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum