Partagez
Aller en bas
Amatius
Assistant d'animations
Assistant d'animations
Date d'inscription : 18/02/2018
Messages : 24

Identité du personnage
Nom du personnage: Ajax
Métier (MTERP): Artisan polyvalent
Voir le profil de l'utilisateur

Ajax le Maudit Empty Ajax le Maudit

le Lun 18 Juin - 18:28
Ajax le Maudit Fiche_14

Ajax le Maudit 1529248210-aaaaaaa


Nom du personnage :
Ajax mais plus connus sous le pseudonyme de "Fend le Vent "
Age :
32 ans
Ethnie :
Bâtard Cimmérien et Aquilonien
Langues :
Aquilonien, Stygien
Religion :
N'obéis à aucun culte
Alignement :
A découvrir en rp
Métier MTERP :
N'est en aucun cas doué en artisanat mais pourra potentiellement apprendre.
Armes maîtrisées :
- Lance / Javelot
- Epée à une et deux mains
- Masse et Hache
- Ne maîtrise que très mal les arcs et les dagues



Ajax le Maudit Fiche_13

Taille :
Dans le mètre 80
Poids :
77 kilos environs
Apparence :

Rare savent pourquoi mais il semblerait que cet homme ait visiblement un problème avec son odorat. Il cache assez souvent le bas de son visage avec un foulard ou quand il en dispose, avec un masque à bec. Le renforcement en bois du masque permettant d'y laisser tout un tas de fleurs afin de laisser à son odorat le plaisir de côtoyé une douce odeur. En dehors de cette habitude qui donne une allure assez étrange au personnage, il est marqué par un physique occidental tout ce qu'il y a de plus banal. Bâtard d'un père Cimmérien et d'une mère Aquilonienne, il a hérité de ce mélange d'yeux verts, d'une teinte de peaux particulièrement clair et de prédispositions à sa conditions physique actuel. L'homme n'en est cependant pas un géant ni un tas de muscle sur patte. Bien des Nordiens semblent physiquement plus féroce que lui, néanmoins, sa musculature trahis tout de même son passé martial sans aller dans l'excès.

Personnalité :
A découvrir en rp.

Ajax le Maudit Fiche_15

"Ce bruit de claquement.. Incessant. Il m’obnubilait. Je n'entendais que ça, c'est la première chose dont je me souvins. Régulier, proche, qui claquait encore et encore.. Puis vins un gémissement. Ce souffle de plaisir c'était.. Comme un déclencheur.. Mais ce qui m'a vraiment sortie de ce..Cet état..  c'est l'odeur.. Sans que je me souvienne pourquoi ni comment, j'étais entrain de culbuter une femme, une femme pourtant si ravissante et qui gémissait le plaisir que je lui donnais. Mais cette odeur.. Cette odeur putride, elle me collait à la peau, s’immisçait dans ma bouche au point d'étouffer ma gorge.. Je n'ai jamais rien sentis de pareil. Tout autour de moi, il n'y avait que des ombres et de la fumée, une fumée de couleur écarlate. Sans même arrêter de donner mes coups de reins, comme si je ne contrôlais plus mon corps, je jeta un regard autour de moi et.. Et je les ais vue.. Les ombres bougeaient.. J'ai vue un de mes camarades se faire dévorer.. Cette vision me fit vomir sur le dos de mon amante et pourtant, elle ne s'arrêtait pas de bouger son bassin contre le miens tout en gémissant.. Mon repas rendu, je sentis mes sens revenir. Comme libéré de liens invisible, je me mit à stopper mes mouvements de bassins pour jeter la femme qui était à 4 pattes devant moi au sol. Elle me regarda, médusé avant de crier.. Je ne me souvins plus vraiment ce qu'elle a crié mais pris d'une rage incompréhensible, j'ai enfoncé mon talon contre son visage..Encore et encore...Et encore. Je l'ai enfoncé jusqu'à ce qu'un os de son visage aplatit ne vienne écorcher mon pied. Lorsque je me mit à regarder autour de moi.. ma vision était bien plus clair et je pu voir des choses si immonde qu'il me serait impossible de les décrire.. Mes compagnons étaient entrain de culbuter.. Mais certains se faisaient dévorer.. Parfois par des ombres..Parfois par des formes ou parfois...Par des femmes nues. J'étais totalement nu mais mes affaires reposaient non loin de l'autel. J'accourus vers mon épée pour la dégainer avant de crier de tout mon saoul.  " Ne vous laissez pas berner ! Elles vous dévorent, défendez vous ! " Je me mit à frapper les femmes nues de mon épée. Les abattant l'une après l'autre mais beaucoup ne prêtèrent même pas attention aux vies que je fauchais.. C'était une scène folle, folle et indescriptible.. J'entendis l'une des femmes me supplier mais quand je l'ai embroché, c'est un de mes compagnons que j'ai transpercé.. Médusé, j'ai retiré mon épée et j'ai regardé le corps s'écraser au sol. Il fut trainer dans l'ombre par une forme sombre et indescriptible puis.. Rien qu'au bruit, je compris qu'il était entrain de se faire dévorer.. Et cette odeur.. Je m'en souviendrais toujours.. Je me mit à crier et à balancer mon épée de gauche à droite. Je fauchais.. Je fauchais pendant des heures..Pendant des jours.. Je ne saurais dire.. Mais.. Quand je me mit à arrêter de faucher et que j'ouvris les yeux.. J'étais dans une rue déserte à faucher le vent.. Ah.. C'est d'ailleurs pour ça que certains m'appellent " Fends le vent " il paraît que je donnais l'air de combattre le vent et que je l'ai fais pendant un bon moment.. Mais personne n'est capable de me dire comment je suis arrivé là. De ce Rituel, j'ai hérité de deux choses... De cette odeur.. Cette odeur putride, cette odeur de sang, de tripes, de merde, de vomis, de pisse, de sueur, de semence et dieux savent quoi d'autres.. Mais aussi d'une présence.. Je n'ai pas quitté cet endroit seul.. Je sais qui.. Cette..Chose qui me suit.. Cette chose qui me parle.. Qui guette mes pas.. C'est elle la responsable.. Oh et j'aurais certainement dû le préciser mais c'était.. Un rituel pour Derketo et c'est pour ça que tu es là."

L'homme se pencha un peu plus sur cette femme qui semblait ligoté, il était habillé de vêtement sombre et d'une capuche mais ce qui le caractérisait le plus était cet énorme bec en bois qu'il portait. Donnant à cette silhouette un air dérangeant amplifié par l'attitude de l'homme qui rapprocha lentement ses mains du visage de la pauvre prisonnière qui ne pu même pas crier, sa bouche étant obstruée par un baillons.

Ajax le Maudit 1529337351-fendlevent

Lorsque la silhouette quitta cette sombre ruelle, il ne resta de la femme qu'un tas de chair relativement difforme. Seul le tatouage de Derketo était encore visible sur son corps. La petite ville était sous tension, les meurtres de prêtresses de Derketo allaient bon trains et les spéculations sur le ou les meurtriers se multipliaient chaque soir.

La chaleur faisait perler la peau de Fend-le-vent, mais c'est bien la sensation d'être observé qui le réveilla presque en sursaut alors qu'il tâtonnait vers son épée pour tenter de la dégainer mais le couinement d'une enfant apeurée lui fit lever les yeux pour  se rendre compte que ce n'était qu'une jeune fille qui l'observait. Il se calma pour se redresser et prendre appuie sur l'arbre. Il avait dormis à même la pelouse et torse nu mais visiblement ce n'était pas la première fois qu'il dormait au pied de cet arbre, en témoigne cette petite qui venait régulièrement le voir. Une fois calmée et comprenant que l'homme s'était juste réveillée en sursaut, elle vint poser un bol d'eau et un bol de fruit à côté de lui comme pour s'excuser. Ce dernier fouilla sa bourse et lui lança une pièce de bronze, ce n'était pas la première fois que cet échange avait eu lieu.

" Pourquoi vous dormez la journée ? Vous vivez que de nuit, monsir ? " Demanda t-elle poliment alors qu'elle se mit à mâchonner la pièce comme pour voir si c'était une vraie.

" Parce que la nuit, il y a.. Un vilain monstre qui me guette, je ne préfère pas dormir quand il est là. Je ne me repose que quand il part. "


La petite ne semble pas rassuré par cette phrase et se mit à ranger la pièce fébrilement alors que l'homme repris de nouveau.

" Tu ferais mieux de partir, oh et tiens.. Une pièce supplémentaire pour te remercier de m'avoir apporté l'eau et la nourriture chaque jour. A partir de demain je ne serais plus là."


La jeune Stygienne accepta la seconde pièce mais partie en courant une fois l'objet récupérée, comme vexée ou blessée de ne plus revoir l'homme, à moins que ça ne soit à cause de la paye qui manquera. Fend-le-vent se fit simplement la réflexion qu'il était difficile de comprendre les bambins avant de se mettre à attaquer la nourriture. Une fois rassasié, il posa les deux bols derrière l'arbre pour que la petite vienne les chercher plus tard et se redressa.

Les rues de la petite ville n'étaient pas particulièrement bondés, il était assez facile de laisser trainer une oreille ci et là lorsque l'on surprenait une conversation. Ce pays était celui du désert, des voiles et des turbans. Bien qu'Ajax ne vois pas particulièrement d'un bon oeil les coutumes local, il remercia tout de même le fait de ne pas paraître suspect avec son foulard sur le visage. Gardant son masque à bec accroché dans le barda qu'il a sur le dos. Plus que son identité, c'est son odorat qu'il préservait ainsi. Il avait l'impression de sentir à chaque pas les effluves de ce rêve qui semble à la fois si proche et lointain.

"On a reçu l'ordre de recruter quelques nouveaux gars. Tu vas me chercher des jeunes vigoureux, je sais que ton cousin est un brave et solide gaillard. Ramène le."

Cette phrase, balancé d'un milicien à un autre en coup de vent, alerta Ajax. Les prêtresses de cette ville n'ont rien à lui apprendre et il n'est pas assez compétent pour viser les hautes sphères du culte, même dans cette petite ville. En prime, les meurtres à répétitions commencent à mettre la milice sur les dents, il est temps de plier bagage.

A l'extérieur de la ville, il y avait un petit amas de tentes, non loin d'un rempart. Ajax reconnus assez facilement cette troupe comme étant des mercenaires. Il était particulièrement perplexe, voilà presque deux ans qu'il n'a plus rejoins de mercenaires, tout particulièrement à cause du rituel dont il est sûr d'avoir été victime lui et les siens. Mais il lui fallait une couverture et plus que ça.. Il lui fallait de l'or. Il se mit donc en direction de l'amas de tente. Ce qu'il ne savait pas, c'est que cette troupe serait à nouveau sa perte. Quelques mois plus tard seulement, leur chef ainsi que les survivants furent envoyé en Exil. Le seul reproche qui fut fait à Ajax été son allégeance à son chef de troupe, fort heureusement pour lui, personne ne su jamais rien de son passé de meurtrier. Du moins, pas à sa connaissance.


 
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum